Ozias, mon Amour (travaux en cours)

La plus importante des influences que j’ai subies, c’est certainement celle d’Ozias Leduc. Quand je suis allé le voir, c’était un vieillard qui vivait dans une cabane et que tout le monde disait fou. C’était un grand peintre. Il pouvait passer trois, quatre ans sur un tableau.»
Riopelle, dans «Ozias Leduc, une œuvre d’amour et de rêve», Musée des Beaux-Arts de Montréal /Musée du Québec, 1996.

 

 

 

Laisser un commentaire